L’histoire du dogue argentin

Cette race est originaire de la province de Cordoue, dans la région centrale (méditerranéenne) de la République Argentine. Son créateur était le Dr Antonio Nores Martinez, médecin (renommé) et membre d’une famille traditionnelle. En 1928, sa passion pour les chiens, peut-être un héritage familial, l’a amené à établir les bases et le standard d’une nouvelle race de chiens qu’il a nommée Dogo Argentino. Son travail était basé sur le croisement méthodique de plusieurs pur-sang avec le vieux chien de combat de Cordoue, un chien très fort et vigoureux. Après une étude et une sélection minutieuses et minutieuses des personnages, à travers différentes générations, le Dr Nores Martinez a atteint son but, en obtenant la première famille. Au début, il était généralement considéré comme un chien de combat, mais le goût du Dr Nores Martinez pour la chasse l’a conduit à l’emmener à l’un de ses voyages de chasse habituels, où la nouvelle race a démontré ses compétences, devenant ainsi une figure clé dans tous ses voyages. C’est ainsi qu’il devint rapidement un excellent chien de chasse au gros gibier. Au fil du temps, cette capacité d’adaptation a rendu ce chien très polyvalent sur le plan fonctionnel ; il s’est révélé être un compagnon noble et un protecteur loyal et insurmontable de ceux qu’il aime. Sa force, sa ténacité, son odorat aiguisé et sa bravoure en font le meilleur chien parmi ceux utilisés pour la chasse aux sangliers, aux pécaris, aux pumas et autres prédateurs ruraux que l’on trouve dans les vastes et hétérogènes zones du territoire argentin. Son harmonie, son équilibre et son excellente musculature athlétique sont des caractéristiques idéales pour endurer de longs voyages dans n’importe quelles conditions météorologiques et ensuite se battre avec acharnement contre la proie poursuivie. En 1973, la race a été acceptée par la FCI comme la première et unique race argentine, grâce à la passion, au travail et aux efforts du Dr Augustin Nores Martinez, le frère et successeur de son créateur.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire